Le colza, une alternative aux émissions de COV

Evertree colza
Evertree utilise le tourteau de colza pour développer des alternatives aux intermédiaires chimiques traditionnels générant des composés organiques volatils (les fameux COV)

Un an après sa création par le groupe Avril, numéro un français de la transformation des oléagineux, le fonds d'investissement SPI (Sociétés de projets industriels) géré par Bpifrance, et la start-up israélienne Biopolymer technologies, Evertree vient d'investir 1,5 million d'euros pour ouvrir son centre d'innovation à Venette (Oise), au sein de l'institut de transition énergétique Pivert.

L'ambition de ce centre de 1 000 m² ? « Contribuer activement au développement en France de la chimie du végétal, en développant des alternatives viables aux produits fossiles par de nouvelles voies de valorisation des protéines végétales, une matière première agricole renouvelable et prometteuse », expose Fabrice Garrigue, le président d'Evertree.

Le site est doté d'un laboratoire de protéochimie dédié à la chimie de la protéine, d'une halle applicative, et d'une halle de développement de procédés et de pilotage de la fabrication des produits. Dix salariés, dont six chercheurs, vont y plancher sur une cinquantaine de projets. Dont un premier à destination de l'industrie : des panneaux de bois composite à même de réduire, voire de supprimer, la présence dans leurs produits de formaldéhyde, un COV à base de pétrole dont l'impact sur la santé et l'environnement inquiète. « Nous allons permettre aux industriels de réduire leurs coûts en résine de pétrole de 20 à 30 % et d'utiliser davantage de bois dans leurs panneaux, ce qui est meilleur pour l'environnement », assure Fabrice Garrigue.

 

  • Editeur : L'Usine Nouvelle / Gaëlle Fleitour //
  • Auteur :  //
  • Date de parution : 07/09/2017
  • Site web : https://www.usinenouvelle.com
Lire l'article complet
Articles similaires